photo Site national ligne
Hebdomadaire Lutte Ouvrière ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
Lutte Ouvrière n°2228 du 15 avril 2011
Leur société

imprimante
Contre le chômage : ne pas se tromper d'ennemis

Il ne se passe pas de semaine sans que la dirigeante du Front National mais aussi le ministre de l'Intérieur Claude Guéant n'y aillent de leurs petites phrases sur le prétendu coût de l'immigration.

Il y aurait trop de chômeurs en France ; de ce fait, le pays ne pourrait plus « supporter  » ce qui est qualifié de « poids de l'immigration ». Le Front National avance le chiffre de 35 à 40 milliards que coûterait l'immigration, selon lui. Guéant, de son côté, ne cesse de multiplier les déclarations autour de ce thème : il faut « réduire le nombre de personnes admises au titre de l'immigration au travail », a-t-il déclaré encore récemment.

Mais la population d'origine immigrée n'est pas un poids pour la société. Il s'agit dans sa grande majorité d'une population de travailleurs, qui produit des richesses et gagne son pain à la sueur de son front. Si elle compte un certaine proportion de chômeurs, cela ne la distingue pas du reste de la population, pas plus que la proportion de malades ou de retraités qui d'ailleurs, si elle est indemnisée, a largement cotisé pour cela.

Alors, désigner la population immigrée comme un poids n'est pas seulement une façon de poser les problèmes insupportable du point de vue humain, car ces travailleurs venus d'Afrique, d'Asie ou d'ailleurs, veulent tout simplement pouvoir vivre et faire vivre leur famille. C'est aussi une idée dangereuse car elle distille un poison mortel pour tous les travailleurs en les opposant les uns aux autres.

Le raisonnement selon lequel il n'y aurait pas assez de travail pour tout le monde en ces temps de crise, et par conséquent qu'il faudrait fermer les frontières aux travailleurs immigrés, voire renvoyer chez eux ceux qui vivent déjà en France, est un raisonnement simpliste qui vise à masquer le fait que le chômage résulte en fait des choix du patronat et du gouvernement.

Il faut combattre les propos xénophobes d'une Marine Le Pen ou d'un Guéant, mais il faut aussi dénoncer les véritables responsables du chômage, dire que ce sont eux qu'il faut combattre, et pourquoi il ne faut pas se laisser diviser.

Les seuls qui représentent un véritable poids pour la société, ce sont les capitalistes. Ce sont eux qui effectuent sur la société un prélèvement insupportable de profits, pour le maintien desquels ils licencient, baissent les salaires et les retraites. Ce sont eux qui spéculent avec les richesses produites par des travailleurs français ou immigrés, et qui obtiennent de l'État des centaines de milliards d'euros dès qu'il s'agit d'éponger leurs dettes. C'est à la dictature économique des capitalistes qu'il faut s'attaquer, et ceux qui préfèrent pointer du doigt les immigrés veulent justement la préserver.

Aline RETESSE


audioVersion audio
Lutte Ouvrière - BP 233 - 75865 PARIS CEDEX 18 - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe contact - enveloppe webmaster