photo Site national ligne
Hebdomadaire Lutte Ouvrière ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
Lutte Ouvrière n°2307 du 19 octobre 2012
Dans le monde

imprimante
Portugal : le gouvernement veut renforcer l'austérité -- des mesures qui ne passent pas

Un mois jour pour jour après les imposantes manifestations du 15 septembre, qui l'avaient contraint à renoncer à augmenter de 7 % les charges sociales des salariés, le gouvernement portugais est reparti à l'attaque le 15 octobre, présentant pour 2013 un budget de guerre contre le monde du travail.

La mesure la plus visible est cette fois l'augmentation de l'impôt sur le revenu. Son taux moyen va passer, selon le ministre des Finances, de 9,8 % en 2012 à 13,2 % en 2013, par la réduction de huit à cinq tranches d'imposition, une augmentation des taux, une très forte baisse du plafond de chaque tranche et une surtaxe de 4 % retenue chaque mois à la source. L'impôt sur les carburants va lui aussi fortement augmenter et le crédit d'impôt pour les emprunts immobiliers va baisser de moitié.

En même temps, l'État va réduire ses dépenses : diminution de 5 % des allocations chômage, de 6 % des allocations maladie ; contrôle sévère des dépenses de médicaments et d'examens dans les hôpitaux ; réduction de 2 % du nombre de fonctionnaires et, pour eux, passage anticipé à 65 ans de l'âge de la retraite, qui aurait déjà dû atteindre 64 ans l'an prochain ; baisse des retraites au-dessus de 1 350 euros, de 3,5 % d'abord, puis de 16 % à partir de 1 800 euros ; réduction des fonds accordés aux régions autonomes des Açores et de Madère.

Les entreprises d'État vont devoir réduire leur personnel de 3 %, et même de 20 % dans les transports, économiser 50 % des primes de déplacement et de logement du personnel. Les compagnies aériennes TAP et ANA seront privatisées dès le début de 2013, la Poste dans le courant de l'année. Les aides versées par l'État à la RTP (radio-télévision) et à l'agence de presse Lusa diminueront de 45 %.

En revanche il y aura quelques petits cadeaux aux patrons, comme le passage de 50 à 25 % de la prime pour travail un jour férié, des aides aux petites et moyennes entreprises, une baisse des charges pour l'embauche d'un chômeur de plus de 45 ans. Et, pour couronner le tout, une dernière ignominie : 6 % de cotisations sociales seront prélevés sur les maigres allocations chômage.

Le gouvernement de centre-droit dirigé par Pedro Passos Coelho prétend, sans rire, que ces mesures vont « renforcer les conditions nécessaires pour la croissance de l'économie portugaise ». Tout le monde sait pourtant bien qu'elles vont aggraver la récession, alors que le produit intérieur brut du pays a reculé de 3 % cette année et que le chômage atteint les 16 %.

Plus sérieusement, le ministre des Finances dit que, pour satisfaire aux demandes de la Troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) et obtenir la suite des 78 milliards de prêts promis, il faut en passer par là : « Cette proposition est la seule possible, nous n'avons aucune marge de manœuvre. Remettre en cause le budget, c'est remettre en cause l'aide. »

Ce budget a fait l'unanimité contre lui. Dans l'opposition, le PC y voit un massacre, le PS une « bombe atomique fiscale », la CGTP « un attentat à la dignité du peuple ». Au sein du gouvernement, le Parti populaire menace de voter contre. Le président, de droite, exprime son inquiétude et le patronat est réticent.

Dans la population, où selon les sondages 70 % des gens sont contre la politique du gouvernement, l'indignation s'est manifestée dès le 15 octobre au soir par un rassemblement au pied de l'Assemblée nationale. Samedi 13 encore, des manifestations contre l'austérité se déroulaient à Lisbonne et dans d'autres grandes villes, et les grèves ont été nombreuses les dernières semaines. Les appels de la CGTP à manifester le 31 octobre, jour du vote du budget, et à une grève générale le 14 novembre, tombent à point nommé. Ce budget est inacceptable et les classes populaires n'ont pas d'autre choix que de le refuser.

Vincent GELAS


audioVersion audio
Lutte Ouvrière - BP 233 - 75865 PARIS CEDEX 18 - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe contact - enveloppe webmaster