photo Site national ligne
Hebdomadaire Lutte Ouvrière ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
Lutte Ouvrière n°2308 du 26 octobre 2012
Leur société

imprimante
Le problème des maternités : la ministre de la Santé prête à accepter l'inacceptable

Interrogée dimanche 21 octobre à BFMTV sur un éventuel moratoire des fermetures de maternités, la ministre de la Santé Marisol Touraine a fermement refusé de s'engager.

Bien sûr, elle a déclaré que la mort d'un bébé pendant l'accouchement, comme cela s'est produit le 19 octobre sur la route menant à une maternité située à une heure de route, était inacceptable. Mais elle s'est longuement étendue sur le fait qu'il s'agissait d'une grossesse à risque, très prématurée, et que l'enfant était de très petite taille. Elle a aussi affirmé qu'il y avait des maternités plus proches. Certes, mais la seule capable de prendre en charge ce type de grossesse était précisément celle de Brive, vers laquelle était en route la famille. Marisol Touraine s'est aussi abritée derrière l'enquête demandée à l'Agence régionale de santé, l'organisme qui a autorisé en 2009 la fermeture de la maternité de Figeac, beaucoup plus proche du domicile de la famille, selon la règle, établie sous Sarkozy, qui veut que les établissements pratiquant moins de 300 accouchements par an soient rayés de la carte.

Quant à la question d'un moratoire des fermetures de maternités, revendication des associations qui se battent pour le maintien des hôpitaux dans les petites villes, la ministre a seulement répondu qu'il n'y a pas de fermeture en cours, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en aura plus. Là aussi, elle s'est dégagée de sa responsabilité en affirmant que, lorsque dans les petits établissements, il y a des postes vacants, il y a de très grandes difficultés pour trouver des médecins qui veulent s'y installer. Quand elle déclare inacceptables des drames comme celui-là, ce serait à elle d'annoncer les mesures envisagées pour que dans ces petites maternités les postes soient pourvus, sans s'en remettre au seul bon vouloir du corps médical. Après tout, il y a des enseignants même dans les établissements scolaires des petites villes, et ce serait tout aussi indispensable pour le personnel de santé. Et de plus, avant même la pénurie de médecins, c'est toute une politique visant à rentabiliser les structures hospitalières qui est en cause.

Derrière tous ces faux-fuyants se cache le fait que le gouvernement socialiste n'a nullement l'intention de renoncer réellement à la politique menée depuis des années par les pouvoirs en place, qu'ils soient de droite ou de gauche. Une politique qui vise à faire des économies à tout prix sur la santé, et qui aboutit finalement à des drames comme celui qui vient d'avoir lieu.

Daniel MESCLA


audioVersion audio
Lutte Ouvrière - BP 233 - 75865 PARIS CEDEX 18 - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe contact - enveloppe webmaster