Nexans - Draveil (Essonne) : roi du câble, peut-être, mais pas des salaires.

19 Avril 2007

Dans l'unité de production Nexans de Draveil, multinationale spécialisée dans la fibre optique et les câbles, sous-marins en particulier, plusieurs centaines de salariés travaillent pour la Snecma et l'industrie aéronautique.

Depuis des années, la production ne cesse d'augmenter et les bénéfices grimpent en flèche. En 2006, les actions du groupe ont d'ailleurs augmenté de 137 %. En revanche, pour les ouvriers de l'usine de Draveil, c'est heures supplémentaires à gogo, flexibilité des horaires et augmentation des cadences pour faire tourner les machines en continu. La plupart des salariés travaillent en équipe, le travail est dur et les conditions se dégradent.

C'est en partie ce qui a motivé des débrayages importants sur l'ensemble du groupe, le 3 avril, puis le 12 et le 13 avril, où les grévistes ont réclamé des augmentations de salaire autres que les miettes que propose la direction.

Le mécontentement sur les salaires est réel : lorsqu'on ne touche guère plus que le smic, prime d'équipe et ancienneté comprises, il y a de quoi se fâcher. Et même si, pour l'instant, la direction fait mine de ne pas entendre, les travailleurs ne comptent pas en rester là.

Correspondant local