Subventions aux grandes entreprises : l'État c'est eux.

19 Avril 2007

L'État, la Région et la ville ont investi 1,3 milliard d'euros pour construire le nouveau port du Havre, baptisé Port 2000, capable d'accueillir les super-pétroliers et les porte-conteneurs géants.

Mais cela ne suffisait pas aux compagnies MSC et CMA-CGM, respectivement deuxième et troisième compagnies maritimes mondiales. Il leur fallait des installations supplémentaires. Les collectivités territoriales ayant refusé de cracher encore au bassinet, les compagnies allaient se résoudre à payer elles-mêmes les travaux dont elles ont besoin. L'investissement projeté, évalué à 200 millions d'euros, ne représentait qu'à peine un tiers du seul bénéfice de CMA-CGM, mais c'est dur de distraire un peu de profit de la poche des actionnaires, même dans l'espoir de pouvoir en faire encore plus à l'avenir.

Heureusement, l'État était là pour leur éviter ce déchirement. Sous forme d'une " prise en considération ", la puissance publique offre 62 millions d'euros et donne son autorisation au port pour qu'il puisse emprunter le reste, à concurrence de 200 millions.

Et après ça, on dira encore que rien n'est fait pour aider la " petite " entreprise !

P. G.